Les humbles racines de la technique remontent au 20e siècle. Tout a commencé comme un outil utilisé dans le sport automobile racing. Réduit à l’essentiel, il s’agit essentiellement d’une variante de ce que l’on appelle le « survirage ». Connu sous le nom de « drifting », racing les enthousiastes se souviennent souvent d’en avoir vu les premiers exemples, dans les courses de Grand Prix des années 1930. La technique consiste à « pousser la voiture au-delà de ses limites ». Cela permet aux pilotes de repousser les limites de la performance et d’aller plus vite dans les virages. Dans un environnement où chaque seconde gagnée sur la piste peut être un avantage, le fait d’aller plus vite dans les virages fait souvent une différence notable entre les temps établis par deux pilotes. Il n’est donc pas surprenant que les pilotes de course aient été les premiers à pratiquer ce métier.

Des groupes de coureurs s’affrontaient autrefois sur ces routes secondaires.

C’est sur le Motorsport Rallye Circuit que l’on peut voir un grand nombre de pilotes à la dérive. Le manque d’adhérence, que l’on retrouve souvent sur les circuits rallye poussiéreux et gravillonnés, fait du drift un élément incontournable de l’arsenal des pilotes rallye. Les livres d’histoire moderne, cependant, rattachent les racines de la dérive moderne, telle qu’on la voit aujourd’hui, aux routes sinueuses des régions montagneuses japonaises des années soixante. Des groupes de coureurs s’affrontaient autrefois sur ces routes secondaires. Il était courant pour les coureurs de se retrouver, poussant les limites dans leur quête de vitesse. Alors qu’ils couraient au bord de l’adhérence, les coureurs astucieux ont vite découvert qu’ils pouvaient aller encore plus vite en repoussant les limites.

Depuis lors, le Drifting a évolué en un spectacle de maîtrise de la voiture qui est présenté dans des événements comme le Red-Bull Car Park Drift. Il s’agit d’un événement de sport automobile unique qui offre aux amateurs de vitesse une action à haut indice d’octane. Les aspirants au Drifting des membres de la région du Moyen-Orient, à savoir les Émirats arabes unis, le Koweït, Oman, la Jordanie, la KSA, l’Iran, la Syrie, l’Égypte et le Liban, se sont affrontés lors des qualifications. Au milieu de tout ce spectacle de dérive de calibre superlatif, c’est le Saoudien Saeed Al Mouri qui a remporté la couronne de « Roi de la dérive au Moyen-Orient ». Comme on a pu le constater, de nombreux amateurs de sports automobiles se rendent sur les pistes pour tenter d’imiter leurs idoles de la dérive. Bien que sa popularité ait augmenté de façon exponentielle, la dérive implique toujours un niveau de financement élevé.

Les passionnés comprennent les niveaux d’investissement importants qui sont consacrés à leurs voitures. Plusieurs construisent et personnalisent leurs voitures dans ce but précis. Cela limite les voitures aux circuits de course où elles peuvent être conduites à leur potentiel, loin des rues d’accès public. Les passionnés comprennent bien les niveaux d’investissement importants qui sont consacrés à leurs voitures. C’est pourquoi, lorsque la séance de course est terminée, la plupart d’entre eux choisissent de mettre leur précieux jeu de roues en réserve. Chez Beirut Moving and Storage, les enthousiastes sont heureux d’avoir trouvé un centre d’entreposage libre-service moderne dans les environs. Cette solution de stockage de véhicules est une offre exclusive pour ceux qui aiment leur précieux jeu de roues. Grâce à ses solutions de stockage personnalisées, Beirut Moving and Storage est rapidement devenu le centre de stockage de choix pour les amateurs avertis de roues à la dérive. Des installations de pointe comme les unités de stockage climatisées qui permettent de maintenir les véhicules en parfait état et une sécurité de premier ordre ont été le secret de ce succès.

Topics #quel rallye ce week end #rallye go #rallye que d'histoire