<Pour tenter de limiter la croissance incontrôlée des moteurs et des châssis dans lesquels ils étaient transportés, l'ACF a limité le poids des voitures "lourdes" à 1 000 kg pour la saison 1902. Ce n'est pas la dernière fois qu'une modification des règles du sport automobile a eu un effet diamétralement opposé. La nouvelle limite de poids visait à réduire la taille du moteur, la vitesse et la masse en rotation et, ainsi, à éviter les pires conséquences des nombreux incidents survenus lors des longues courses de ville à ville. Les ingénieurs ont toutefois cherché à adapter leurs véhicules aux nouvelles restrictions de poids non pas en réduisant la taille des moteurs, mais en "ajoutant de la légèreté" bien des années avant Colin – et avec des résultats similaires. À l'ouverture de la saison 1903, les voitures roulaient tout aussi vite, avec des moteurs plus puissants et plus massifs, mais elles étaient désormais transportées dans des châssis beaucoup plus légers et plus fragiles. Lors de la pesée pour Paris-Madrid, la créativité des ingénieurs est apparue : "La plupart étaient criblés de trous, chaque pièce possible étant allégée au maximum. Les parois des pistons ont été percées, les bourrelets ont été enlevés des sièges, les boulons ont été ébréchés et limés, les cadres et les leviers ont été fendus jusqu'à ce qu'ils ne soient plus qu'un simple réseau de métal". Les voitures étaient tout aussi rapides et sans doute plus dangereuses, car les risques de défaillance de la structure augmentaient considérablement, surtout sur les pistes punitives et pleines d'ornières sur lesquelles elles devaient se mesurer.

Depuis la première interdiction en 1900, la résistance à motor racing sur la voie publique, for raisons évidentes. En conséquence, les organisateurs voyaient habituellement leurs demandes d’autorisation rejetées et, pour des raisons liées à d’autres pandémies mondiales, des événements entiers étaient annulés et les autorisations retirées. La nature capricieuse de ces autorisations a retardé et compliqué le processus d’organisation, ce qui a souvent eu pour conséquence que le déroulement de l’événement lui-même, notamment en termes de sécurité, était au mieux sous-optimal. En effet, rallye en ligne les événements remarquables étaient ceux qui étaient bien organisés. Dans la période précédant la course Paris-Madrid, la mort du célèbre et talentueux comte Zborowski sur la montée de la Turbie a jeté un doute supplémentaire sur le déroulement de la course, a retardé son autorisation et a étouffé son organisation efficace.

Les résultats ont bien sûr été des listes d’entrée massives et des foules massives.

Malgré les inquiétudes des autorités, l’appétit du public pour ces concours de Léviathan est grand. De plus, il devenait de plus en plus évident pour les fabricants que racing était un moyen idéal de montrer leur produit à un marché croissant et lucratif et il ne manquait pas de pilotes désireux de prendre pied dans ce nouveau sport passionnant. Les résultats ont bien sûr été des listes d’entrée massives et des foules massives. La dernière inscription pour la course Pari-Madrid était de 112 voitures lourdes, 64 voitures légères, 40 voiturettes et 59 motos ; 275 véhicules au total. Le nombre d’inscriptions a été si important que les organisateurs ont dû prendre le départ de la course à 3h30 du matin afin de pouvoir acheminer toutes les voitures à Bordeaux en une journée. Afin de maximiser le nombre de spectateurs, les voitures devaient quitter Versailles le dimanche matin. Le résultat a été un nombre sans précédent de personnes, estimé à plus de 100 000 pour le seul départ de la course et approchant les 3 000 000 de personnes sur les 342 miles du parcours.

Rose décrit le début de la course : « Charles Jarrott a descendu la route en disparaissant dans un solide mur de spectateurs, qui s’est ouvert juste assez pour permettre à la voiture de passer, puis s’est refermé derrière… Des châteaux de Versailles aux flèches de Chatres, des toits gris de Tours aux routes sinueuses de Libourne, tout n’est que tension, excitation, tension. De bout en bout, la route poussiéreuse est bordée de foules, de gens incontrôlables, insouciants, téméraires, qui ne prêtent guère attention à la tentative timide de garder la route. On ne pense pas au danger, on ne pense qu’à un désir sauvage de se rapprocher et de se rapprocher encore des voitures qui s’élancent ».

Il semblait impossible que ma voiture qui se balançait et bondissait puisse manquer les spectateurs imprudents.Charles Jarrot décrit de façon assez poétique le conflit qu’il ressentait : « Trois heures quarante-cinq, enfin. On actionne l’interrupteur et le moteur s’en va. Une centaine de poignées de main et un puissant rugissement de la foule et je suis parti. Il semblait impossible que ma voiture, qui se balançait et bondissait, puisse manquer les spectateurs imprudents. Un espace en forme de coin s’est ouvert dans la foule à mon approche et le calcul était si fin qu’il semblait parfois impossible pour la voiture de ne pas dépasser le sommet du triangle humain et de ne pas semer la mort et la destruction. J’ai essayé de ralentir, mais j’ai vite compris que le danger était aussi grand à quarante miles à l’heure qu’à quatre-vingts. Cela signifiait simplement que la foule attendait un peu plus

Topics #acturallye #qu'est ce que le shakedown rallye #rallye express