Crédit photo : dancomden) 1. 1984-1991 BMW 325ix : L’ultime machine à conduire peut s’épanouir dans la saleté si vous la laissez faire. Souvent négligée en tant que rally crosser, la 325ix offre 168 chevaux et une transmission intégrale à environ la moitié de notre plafond de 5000 euros. En cherchant bien, il est même possible de trouver des véhicules équipés d’un différentiel à glissement limité, ce qui en fait un amateur de course sur gravier presque parfait.

(Photo Credit : kevin1024) 2. 2000-2003 Ford ZX-2 S/R : La version S/R peu connue de la puissante Escort est sortie d’usine avec plus de puissance, 143 chevaux par rapport aux 130 chevaux d’origine, des ressorts Eibach, des jambes de force Tokico, des bagues en polyuréthane, des freins à disque aux quatre roues et un levier de vitesses à faible course. Avec moins de 2 500 livres, il s’agit d’un coupé agile qui peut généralement être acheté pour moins de trois mille dollars.

(Crédit photo : dwstucke) 3. 1976-1988 Porsche 924 : La Porsche du pauvre homme peut sembler être un choix étrange pour rally cross, mais ne l’écartez pas. Conçue avec une boîte-pont montée à l’arrière, elle offre une répartition du poids de près de 50/50, une puissance adéquate et un poids à vide suffisamment bas pour ne pas exagérer la puissance de freinage à peine adéquate. Avec des prix qui avoisinent régulièrement les 2 000 euros et des pièces provenant principalement d’Audi et de Volkswagen, c’est sans aucun doute l’une des Porsche les plus abordables jamais construites.

RS devient difficile à ignorer.(Crédit photo : JamesHenry) 4. 1993-2001 Subaru Impreza 2.5 RS : Bien sûr, les variantes WRX turbo ont toute la presse mais sur le marché américain, tout a commencé avec cette Impreza RS à traction intégrale de 2,5 litres à aspiration naturelle. Ce que la RS peut manquer en puissance, 165 chevaux par rapport à la WRX de 227 chevaux, elle le compense par une maintenance moins coûteuse, la simplicité du compartiment moteur et une réduction des risques d’explosion. Ajoutez à cela un nom qui a été construit sur son rally racing pigree, et la RS devient difficile à ignorer. Selon l’âge et l’état de la voiture, les prix peuvent avoisiner les cinq mille euros.

(Crédit photo : bdogggut34) 5. Honda Civic 1992-1995 : Cette liste ne semble guère complète sans un clin d’œil à la vénérable Honda Civic. Bon marché, légère, une liste interminable de pièces de rechange, en font une voiture de choix pour les tuners. Il existe une légère taxe de popularité, mais les voitures de moins de deux mille dollars sont encore faciles à trouver. De plus, vous obtiendrez un excellent kilométrage (bon en tout cas) même en la jetant sur un parcours de terre battue.

(Crédit photo : grant subaru) 6. Toyota Corolla 1979-1987 : Le premier modèle de Corolla, souvent appelé AE86 en référence au code du châssis, a été pendant des années la voiture de prédilection des vagabonds. Légère (2 200 livres), à traction arrière, elle s’est avérée être une voiture équilibrée fiable qui répond exceptionnellement bien aux modifications. L’AE86 est une automobile assez recherchée, qui fait l’objet d’un culte féroce, mais on peut encore trouver des versions non molestés pour moins de 3000 €.

(Crédit photo : majuscule) 7. 1990-1994 Mitsubishi Eclipse/Plymouth Laser/Eagle Talon : Ces premiers modèles de DSM (Diamond Star Motors), comme on les appelle affectueusement, sont disponibles avec une transmission intégrale et un quatre cylindres turbocompressé de 190 chevaux à l’épreuve des balles. À environ deux mille euros, c’est une bonne affaire de performance, avec beaucoup de puissance et la possibilité de l’abaisser.

(Crédit photo : virtualErn) 8. 1991-1994 Nissan Sentra SE-R : étonnamment rapide à l’époque, la Sentra SE-R est toujours une excellente voiture de course pour les amateurs. Equipée de 140 chevaux, de freins à disque aux quatre roues et d’un différentiel à glissement limité d’usine, elle n’est pas avare. Malgré un certain culte, les quelque deux mille euros qui la suivent vous donneront toujours un bon exemple.

9. 1997-1999 Dodge Neon ACR : Avec les amortisseurs réglables Koni d’origine, la direction à rapport rapide, les barres stabilisatrices robustes et les freins à disque aux quatre roues, il est difficile d’expliquer pourquoi le petit Neon ne serait pas un excellent point de départ pour une voiture rallye. Avec des prix d’occasion compris entre un et deux mille euros, vous ne craquerez pas (autant) quand vous la criblerez de graviers.

(Crédit photo : Moe) 10. Toyota MR2 1984-1989 : Avec un prix d’environ mille euros, vous obtenez une voiture de sport à moteur central et à propulsion arrière qui ne peut pas s’empêcher de vous faire penser à la Lancia Stratos. Avec un poids de 2200 livres, c’est un poids plume virtuel qui réagit au démarrage. Préparez-vous à un survirage.

Topics #course wrc #rallye direct #wrc